Bookmark and Share

Le 27 janvier 2011

Gaz de schiste au Québec : À bas les gazophiles !

Bonjour !

Si vous ne vous êtes pas encore donné la peine de regarder le documentaire Gasland (maintenant disponible avec sous-titres français), un extraordinaire cri d'alarme révélant l'ensemble des graves problèmes de santé humaine et de pollution environnementale que cette industrie dégueulasse engendre, il serait peut-être bon que vous le fassiez maintenant alors qu'il est encore temps - mais tout juste ! - pour non seulement imposer un moratoire en attendant de mieux comprendre l'ampleur des conséquences terrifiantes de l'exploitation à grande échelle du gaz de schiste, mais surtout pour finalement bannir à tout jamais cette horreur de notre belle province. Les témoignages des victimes de cette industrie prennent au ventre - leur vie est à jamais ruinée ; elles souffrent d'une litanie de maux insupportables ; elles perdent le sens de l'odorat et du goût ; et de nombreuses morts par cancer lui sont déjà attribuables. La destruction environnementale que cette industrie merdique provoque partout où elle opère dépasse l'entendement. Si notre gouvernement d'autruches et de gazophiles continue à s'obstiner à bafouer la plus élémentaire logique et à refuser d'entendre la voix de la raison et celle de la population québécoise, il va bientôt avoir une révolution sociale sur les bras et devra vivre avec les conséquences de son obstination, car il subira sans doute le même sort que la défunte Union Nationale...

Je le répète encore une fois. PRENEZ LE TEMPS de voir en entier ce documentaire et vous comprendrez que tout ce que je viens d'exprimer ci-dessus est LOIN en-dessous de la vérité - malgré les épithètes peu flatteuses employées. Puis, tirez la seule conclusion qui s'impose. Nous, les citoyens et citoyennes du Québec, particulièrement les gens vivant dans la vallée du St-Laurent (entre Montréal et Lévis) qui subiront de plein fouet cet enfer insupportable, devons poursuivre notre mobilisation déjà bien entamée, unir nos forces dans ce combat (y compris avec les opposants à cette industrie en France - voir La France et le Québec unis contre les gaz de schiste ci-dessous) et prendre tous les moyens nécessaires - mais légaux - qui s'imposent pour gagner cette bataille. C'est une question de survie ! Et sachez que notre victoire est tout à fait possible, mais seulement si nous arrivons à exposer à la lumière du jour le degré insoutenable de corruption et d'incompétence crasse de ceux et celles qui nous gouvernent en ce moment, car rien d'autre ne saurait expliquer qu'on en soit rendus là...

Nous ne pouvons tout simplement PAS permettre que se reproduisent ici les mêmes « erreurs » qui ont été commises dans 34 États américains. À terme, la SEULE solution acceptable est l'interdiction pure et simple de cette filière sous quelque forme que ce soit. Et ce n'est pas le recrutement par cette industrie de Lucien Bouchard – qui vient de prendre la pire décision de sa vie en s'associant à cette industrie [voir Bouchard à la rescousse de l'industrie du gaz de schiste ci-dessous] et qui n'a certainement pas regardé Gasland – qui va changer quoi que ce soit aux faits présentés dans ce percutant documentaire de Josh Fox et à l'apocalypse gazière qui nous pend au bout du nez. Enfin, nous ne devons pas nous laisser berner par la promesse fallacieuse selon laquelle cette industrie pourrait exploiter sécuritairement le gaz de schiste si elle est bien réglementée et bien surveillée. Ce n'est que de la poudre aux yeux !

Merci de faire circuler...

Jean Hudon
L'Anse-Saint-Jean, Québec

PS Écrivez ou téléphonez à Radio-Canada, TVA, RDI et Radio-Québec afin qu'ils diffusent et rediffusent en entier Gasland à une heure de grande écoute. La vérité doit éclater au grand jour !

Cet envoi est archivé au http://www.earthrainbownetwork.com/Archives2011/ABasLesGazophiles.htm

Gasland - Documentaire sur le gaz de schiste - 102 minutes avec sous-titres français (Excellente traduction!)
http://www.tagtele.com:80/videos/voir/63910
Gasland est un film documentaire de 2010 écrits et réalisé par Josh Fox. Le film se concentre sur des communautés américaines touchées par le forage du gaz de schiste et, plus précisément, sur un procédé connu sous le nom de « fracturation hydraulique ». CES GENS VIVENT UN ENFER INDESCRIPTIBLE ET C'EST CE QUE LE GOUVERNEMENT CHAREST S'ÉVERTUE À AMENER AU QUÉBEC !! À VOIR ABSOLUMENT!

Site officiel du documentaire Gasland
http://www.gaslandthemovie.com

Voir aussi ...

GAZ DE SCHISTE: Pas dans ma province !! (5 janvier 2011)

Gaz de schiste : La voix de la raison doit prévaloir (1 octobre 2010)

Les énergies fossiles ou les énergies propres?... Il faut se brancher ! (16 septembre 2010)

Gaz de schiste au Québec - Urgence ! (9 septembre 2010)

Extraction du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent - Dossier complet préparé par l'AQLPA

Documentaire Water / L'Eau brûle (2010) Bande annonce avec sous-titres français
http://www.bunburyfilms.com/fr/films/trailer/doc/bw.html
Burning Water porte sur une famille d'agriculteurs en Alberta qui vivent le « Boom » de l'exploration pétrolière et gazière. Mais il y a un hic : l’eau est inflammable ..." -- Une terre fracturée… fracture des vies. L'EAU BRÛLE est un récit humain, profond et complexe qui décrit la façon dont les gens réagissent à une situation critique qu'ils n'ont pas provoquée. Vous pouvez également voir ce documentaire en entier (45 min) au http://www.cbc.ca/video/#/Shows/1221254309/ID=1619380195 - il fut diffusé au réseau anglais de Radio-Canada le 18 octobre dernier. Il est à noter que le procédé utilisé pour l’exploitation des gisements de schiste au Québec ou des gisement de charbon en Alberta est exactement le même: la fracturation hydraulique. Les conséquences possibles, comme la contamination des nappes phréatiques ou des puits, sont les mêmes. La seule différence est le type de roche. Au Québec, on effectue des forages dans le schiste alors qu’en Alberta on extrait le gaz des gisements de charbon.

Site du Comité mobilisation gaz de schiste Mont-Saint-Hilaire- Beloeil: un site informatif sur la mobilisation
http://soufflecourt.org/Patrimoine/
Un site fort complet sur le sujet - Voir également Les artistes et le gaz et Les textes sur le gaz de schiste du journal Le Devoir

Huis Clos: Êtes-vous pour ou contre l’exploitation du gaz de schiste ? (5 novembre 2010) Avec mensonges et désinformation manifeste du représentant de Secor
http://video.telequebec.tv/video/5200/etes-vous-pour-ou-contre-l-exploitation-du-gaz-de-schiste

Les francs-tireurs: Gaz de schiste (2011-01-19)
http://video.telequebec.tv/video/6243/gaz-de-schiste

Gaz de schiste - Infoman
http://www.youtube.com/watch?v=5itRzf1QEkE

Gaz de schiste: Wo!
http://www.youtube.com/watch?v=XIdKWcKoa0Q

Gaz de schiste dans la Vallée du Richelieu
http://www.youtube.com/watch?v=j9N8Cw5tC2g

Gérald Fillion - Gaz de schiste (26 novembre 2010) 10 min 20 sec - EXCELLENT!
http://www.youtube.com/watch?v=M8tnhWlgEeA
Les audiences publiques du BAPE sur le développement du gaz de schiste sont maintenant terminées. Le rapport final sera rendu public dans les premiers mois de 2011. Bilan avec Daniel Breton (président du groupe écologiste Maître chez nous 21e siècle) et Raymond Savoie (président de Gastem et membre de l'Association pétrolière et gazière du Québec).

Les dangers de l'exploitation du gaz de schiste - Téléjournal avec Charles Tisseyre de l’émission Découverte
http://www.youtube.com/watch?v=TvRxS9Thf0k




LUCIEN BOUCHARD DESCEND DANS L'ARÈNE POUR DÉFENDRE UNE DES INDUSTRIES LES PLUS SALES ET CORROMPUES QUI SOIENT. CE FAISANT IL ENTACHE SA PROPRE RÉPUTATION ET, C'EST TRISTE À DIRE, DONNE TOUTE LES APPARENCES D'ÊTRE DEVENU UN TRAÎTRE À LA NATION QUÉBÉCOISE À LAQUELLE IL NOUS A FAIT RÊVER... RENÉ LÉVESQUE DOIT SE RETOURNER DANS SA TOMBE...

Tiré de http://www.ledevoir.com/politique/quebec/315475/bouchard-a-la-rescousse-de-l-industrie-du-gaz-de-schiste?utm_source=infolettre-2011-01-26&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Bouchard à la rescousse de l'industrie du gaz de schiste

Le remplaçant d'André Caillé va «apaiser les choses», dit Normandeau

Robert Dutrisac , Louis-Gilles Francoeur, Alexandre Shields - 26 janvier 2011

L’ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard prendra la relève d’André Caillé pour tenter de rendre l’exploitation des gaz de schiste acceptable aux yeux des Québécois.

C'est désormais l'ancien premier ministre Lucien Bouchard qui dirigera le lobby du gaz de schiste. Ce dernier vient en effet d'hériter du poste de président de l'Association pétrolière et gazière du Québec, en remplacement d'André Caillé. Une nomination saluée par la ministre Nathalie Normandeau, qui estime que son arrivée devrait «apaiser les choses». Les groupes écologistes le voient plutôt comme un «nouveau vendeur» au service d'une industrie résolument impopulaire.

Signe de la stratégie que M. Bouchard entend utiliser pour rallier les Québécois à sa cause, il a insisté d'entrée de jeu sur les impacts financiers positifs de l'exploitation de cette source d'énergie fossile. «Je vois la découverte au Québec de volumes importants de gaz naturel comme un atout très important pour notre développement économique et le financement des missions de notre État», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

L'ancien ministre fédéral de l'Environnement a cependant tenu à répéter le discours de l'industrie et du gouvernement voulant que la filière gazière doive mener ses activités de façon responsable. «Je suis tout à fait conscient de la nécessité de procéder à ce développement dans le plein respect d'exigences exemplaires du point de vue de l'environnement, de la sécurité publique, de la transparence et de l'acceptabilité sociale. S'impose également la nécessité de faire de ce développement une contribution réelle à l'enrichissement public et non pas seulement privé.»

«J'entends donc remplir mon mandat dans la conciliation des préoccupations et des enjeux de toutes les parties intéressées, mais surtout avec la certitude de devoir travailler dans le meilleur intérêt de notre collectivité», a ajouté M. Bouchard. Reste à savoir s'il parviendra à convaincre des Québécois de plus en plus sceptiques du bien-fondé l'exploitation des gaz de schiste. Celui-ci n'a pas accordé d'entrevues hier et il ne devrait pas le faire avant son entrée en poste, prévue le 21 février.

Quant à André Caillé, il continuera de représenter l'entreprise Junex auprès de l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) et devrait donc travailler en collaboration avec M. Bouchard. Cet ardent défenseur du gaz de schiste quitte ses fonctions après avoir été la cible de très nombreuses critiques au cours des derniers mois en sa qualité de porte-parole du lobby de l'énergie fossile. Il s'était même retiré des activités de l'Association pétrolière et gazière pendant quelques semaines l'automne dernier, après la série de soirées d'information organisées par l'industrie pour tenter de calmer le jeu. Il n'a pas été possible de lui parler hier.

Bonne nouvelle

Si l'arrivée de M. Bouchard dans ce débat houleux en a surpris plusieurs, elle a été saluée comme une bonne nouvelle par la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau. Le gouvernement Charest compte d'ailleurs sur l'ancien premier ministre péquiste pour apaiser les craintes de la population à l'égard de l'exploitation du gaz de schiste. «C'est une heureuse nomination, a livré au Devoir la ministre Normandeau. Ça va apaiser les choses.»

«Ses qualités de leader vont contribuer à assainir le débat», estime la vice-première ministre. Elle a décrit Lucien Bouchard comme «un homme de gros bon sens, un rassembleur, un homme très rigoureux». Elle a vanté la grande «crédibilité» de l'homme «étant donné qu'il a occupé les hautes fonctions au Québec».

«Il faut ramener le débat sur les rails dans la mesure où il faut que ce soit rationnel. Il faut maintenant avoir des échanges qui vont au-delà de l'émotivité qu'on a connue ces dernières semaines, ces derniers mois», a avancé la ministre. Avec la nomination de Lucien Bouchard, le débat va prendre «une autre tournure», croit-elle. Le gouvernement souhaite que le débat sur l'industrie des gaz de schiste «repose sur des éléments scientifiques, objectifs. C'est pour ça que le rapport du BAPE va prendre une importance particulière dans les circonstances.»

Nathalie Normandeau a affirmé que la position du gouvernement à l'égard de l'exploitation du gaz de schiste n'a pas changé d'un iota même si le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand s'est dit «préoccupé», affirmant vendredi que «l'industrie n'avait pas le contrôle de la situation».

«Ce que Pierre et M. Charest ont dit, c'est la position gouvernementale, a-t-elle soutenu. Le développement d'une filière gazière ne se fera pas à n'importe quel prix. S'il y a des gazières au Québec qui ne désirent pas se plier aux standards qu'on souhaite améliorer, augmenter et bonifier, bien, elles peuvent aller investir ailleurs. Il y a d'autres États où elles peuvent investir.»

La ministre a rappelé qu'avant Lucien Bouchard, un autre premier ministre du PQ, Bernard Landry, s'était prononcé pour l'exploitation des gaz de schiste, tout comme les anciens ministres péquistes Jacques Brassard et André Boisclair. «Mme Marois aurait intérêt à s'inspirer du gros bon sens véhiculé depuis des mois par ses anciens collègues pour ajuster le tir», a-t-elle dit.

Au PQ, on a indiqué hier que l'entrée en scène de Lucien Bouchard ne changeait aucunement la position du parti, qui réclame toujours un moratoire sur l'exploration gazière. Pour le député de Jonquière et porte-parole en matière d'énergie, Sylvain Gaudreault, l'APGQ a recruté Lucien Bouchard pour ses talents de négociateur parce que l'imposition d'un moratoire est imminente. «Ça annonce un changement d'attitude de la part du gouvernement.» [NOTE de Jean: Souhaitons qu'il dise vrai !]

Scepticisme

Les écologistes et les citoyens mobilisés dans le dossier des gaz de schiste n'ont pas été très impressionnés par la nomination de Lucien Bouchard.

Pour Daniel Breton, du mouvement Maîtres chez nous au 21e siècle, cette nomination constitue même «un manque de respect supplémentaire de la part d'une industrie qui préfère offrir au public un nouveau vendeur plutôt que de tenir enfin compte des préoccupations légitimes des citoyens. Il serait surprenant que Lucien Bouchard change les politiques de ce groupe industriel, car qu'est-ce qu'il connaît à l'énergie? J'ai bien hâte aussi de l'entendre, comme ancien premier ministre souverainiste, nous dire ce qu'il pense de la privatisation de cette ressource publique».

«Je pense plutôt, conclut Daniel Breton, qu'on aura droit maintenant au point de vue du chef des Lucides, car si on se rappelle leur manifeste, ce dernier ne contenait même pas une fois le mot "environnement". Ça me donne l'impression que les valeurs de l'ancien ministre fédéral de l'Environnement ont changé.»

Pour Serge Fortier, du Comité de vigilance gaz de schiste Lotbinière-Bécancour, «Lucien Bouchard est là pour redorer l'image d'une industrie mal en point et qui veut toujours aller de l'avant avec un minimum d'encadrement, sans tenir compte de la façon la plus élémentaire du principe de précaution». Il prédit que cette nomination va «provoquer une certaine pagaille» dans les rangs du PQ, où on défend l'idée d'un moratoire sur l'exploration.

Pour André Bélisle, président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, «ce n'est pas la nomination d'un troisième porte-parole en moins d'un an dans cette industrie qui va régler les problèmes de fuites, de transparence et de prévention de l'industrie du gaz. Mais comme ancien ministre de l'Environnement, j'espère que Lucien Bouchard affichera une plus grande sensibilité envers la protection de l'environnement, au risque d'y perdre lui aussi sa crédibilité. Mais je pense plus concrètement qu'il ne parviendra pas à changer le portrait écologique, économique et social de cette industrie».

En réalité, poursuit cet écologiste de la première heure, «la vraie surprise, c'est de voir Lucien Bouchard revenir à la vie politique derrière une industrie aussi peu crédible. Il faudra voir si les idées qu'il a défendues dans le groupe des Lucides vont tenir lieu de politiques à l'industrie gazière, qui ne manifeste pas beaucoup, elle non plus, d'empathie envers les citoyens et les préoccupations environnementales».




Tiré de http://argent.canoe.ca/lca/affaires/international/archives/2011/01/20110124-154603.html

La France et le Québec unis contre les gaz de schiste

José Bové veut allier français et québécois

Les groupes réclamant un moratoire dans le dossier de l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste au Québec viennent de trouver un allié très médiatisé en la personne de José Bové, altermondialiste français à l’action et au verbe éclatants.

L’eurodéputé est d’ailleurs en train de mettre en place un système de jumelage entre la France et le Québec, a-t-il indiqué en entrevue avec Paul Arcand sur les ondes du 98,5 FM.

«On a fait une première réunion d’information. J’ai proposé qu’on se jumelle avec des communes (NDLR : villages) du Québec pour montrer la solidarité. Nous voulons même inviter des communes en France afin qu’ils partagent ce qu’elles ont vécu», a-t-il souligné.

Omerta du gouvernement

M. Bové est sur toutes les tribunes en ce moment. Lundi, il a participé à une discussion avec les internautes français sur le site du Monde. Il a notamment dénoncé l’omerta de l’État français entourant l’exploration des gaz de schiste.

«Le gouvernement a accordé des permis d’exploration dans le plus grand silence. Les populations ont découvert du jour au lendemain que leur territoire allait être fouillé», a-t-il souligné.

A cet effet, le processus français et québécois semble se ressembler. Depuis le début, les opposants au gaz de schiste affirme que les terrains ont été accordés en catimini aux entreprises gazières dans le plus grand silence.

En France, le processus d’attribution de terrains permet à l’État de récolter beaucoup plus d’argent alors que les entreprises doivent acquérir les terrains par un système d’enchères. C’est donc le plus offrant qui remporte la mise.

Au Québec, les terrains sont vendus 10 cents l'hectare par année pour les cinq premières années, puis de 50 cents l'hectare par la suite.

Total et GDF Suez

Il n’y a pas que M. Bové qui s’inquiète de la situation en France. Corinne Lepage, ancien ministre de l'Environnement, publiait une tribune sur le site d'information Rue89 pour demander un moratoire.

Elle dénonçait le fait qu'en mars 2010, la pétrolière Total (dont la famille Desmarais possède une participation importante) a obtenu en catimini un permis de recherche de cinq ans pour 4327 kilomètres carrés entre Montpellier et Montélimar, dans le Sud.

Les autres principaux acteurs industriels impliqués dans l'exploration sont le titan franco-belge GDF Suez et la société américaine Schuepbach Energy.

À elle seule, Total investirait 37,8 millions d'euros pour rechercher des gaz de schiste.

Total et GDF Suez n’ont pas encore de visées sur le Québec. Mais selon certains quotidiens, les petites gazières comme Junex et Gastem pourraient être des proies de choix pour un groupe pétrolier et gazier d’importance.


On peut s'abonner directement à la liste d'envoi française en envoyant simplement un courriel en blanc au reseauarcencieldelaterre-subscribe@lists.riseup.net à partir de l'adresse de courriel que vous désirez abonner.








Retour à la page d'accueil anglaise de ce site